*
news-top


INSCRIPTION À LA NEWS
Prénom *
Nom *
Email *
 
Recherche
Menu
Home Home
News - Actualités News - Actualités
Objectifs Objectifs
Rapports d'activité Rapports d'activité
Action Jeunes Action Jeunes
Qui aidons-nous? Qui aidons-nous?
Fils de la miséricorde Fils de la miséricorde
Mission de vie Mission de vie
Les écoles du Père P. Nahed Les écoles du Père P. Nahed
L'hôpital de la Croix L'hôpital de la Croix
Soeur Virginie Soeur Virginie
Actions en Suisse Actions en Suisse
Marchés Marchés
Evénements Evénements
Echanges Echanges
Actions de tiers Actions de tiers
Collecte de fonds Collecte de fonds
Soutien scolaire et parrainages Soutien scolaire et parrainages
Comment nous aider ? Comment nous aider ?
Médias Médias
Albums de photos Albums de photos
Plus de photos sur Facebook Plus de photos sur Facebook
Administration Administration
Contact Contact
Liens Liens
Plan du site Plan du site

Les écoles gratuites du Père Paul Nahed 

Des enfants démunis, dans les quartiers pauvres de Beyrouth, peuvent recevoir un peu de formation et ne pas traîner dans les rues. 

Le Père Paul Nahed, prêtre catholique de rite maronite, est curé de la paroisse St Jean-Baptiste, à Beyrouth. Pressé par le besoin de soutenir la jeunesse précarisée par des années de guerre, il a mis sur pied plusieurs écoles pour scolariser les enfants des rues.  

Père Paul Nahed est le berger d'un ribambelle d'enfants. Ceux qui franchissent, joyeux, le seuil de quatre écoles ouvertes aux plus démunis. Gardien encore du collège St-Georges dont il est le recteur. 

Père Paul? C'est vraiment un père, attentif à chacun, redoutablement efficace et présent. Il écoute et devine, il est là. 

L’Association Elias a décidé de soutenir des classes d’enfants et organise dans ce but des parrainages. Elle parraine une centaine d'enfants de toutes religions. Leur désir commun est d'apprendre.

Chaque franc offert ouvre la porte d'un jour d'école... 

 

La Situation

Historique

Dans les années 1960, l’archevêché d’Antélias fonde une dizaine d’écoles primaires gratuites dans les quartiers les plus populeux et les plus pauvres de la banlieue de Beyrouth pour offrir aux enfants les plus démunis, de toutes nationalités et confessions, une éducation de base d’un certain niveau.

La Guerre

Ces écoles furent gravement endommagées pendant la guerre. Des pertes matérielles considérables ont empêché tout évolution et amené à la fermeture de certaines d’entre elles. Les meubles et le matériel sont parfois délabrés.

Aujourd'hui

L’archevêché a été contraint de fermer quelques-unes de ces écoles pour permettre à d’autres de rester ouvertes. Il ne subsiste aujourd’hui que quatre écoles, après qu’une cinquième ait dû fermer cette année, faute de moyens :

1- Ecole Sacré-Cœur – Bourj Hammoud 

2- Ecole maronite de Saint Joseph

3- Ecole Saint Maroun – Baouchrieh 

4- Ecole Saint Jean Baptiste – Baouchrieh

Elèves

Plus de 75% des élèves sont des cas sociaux, issus de familles en difficulté : parents divorcés, chômage, blessés de guerre, prison, pauvreté et maladies.

En plus de l’éducation, les écoles sont amenées à nourrir et habiller les enfants. Malgré la situation difficile, les écoles gardent un bon niveau éducatif et pédagogique. Leurs élèves sont parmi les premiers de classe dans la suite de leurs études.

Coût

Un montant de 300$ permet de financer le coût d’un élève durant une année. Ce montant dérisoire suffit à scolariser un enfant, à l’arracher à la rue et lui assurer un avenir meilleur.
 
copyright
©association ELIAS2009
 
bottom

 

© Graphique et Design: WeB'S Agency
Worldsoft - CMS-Website W.I.N.-Zertifikat:WIN-2-16-6202 

 

Ce site est optimisé pour Internet Explorer!
Pour une résolution de 1280 pixels
Pseudo :
User-Login
Votre E-mail